jeudi, 08 septembre 2016

PONCTION DE 30 MILLIONS D’EUROS DANS LES CAISSES DU FIPHFP : L ’APF dénonce une nouvelle main basse du gouvernement sur l’emploi public des personnes handicapées !

Pour la 3e année consécutive, le gouvernement a autorisé les universités à ne pas verser l’intégralité de leur contribution au Fonds d’Insertion pour l’emploi des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP), à hauteur de 30 millions d’euros ! L’Association des paralysés de France (APF) dénonce ce nouveau coup porté à l’emploi des personnes en situation de handicap par le gouvernement, alors que plus de 500.000 personnes en situation de handicap sont en recherche d’emploi ! Et ce alors que les universités, qui emploient seulement 1,6% de travailleurs en situation de handicap – au lieu des 6% légalement requis – sont loin d’être exemplaires.

Si une meilleure sécurisation des campus universitaires est indispensable celle-ci ne doit pas être réalisée aux dépens des droits des personnes en situation de handicap.

Le handicap doit cesser d’être la variable d’ajustement systématique et opportuniste des politiques publiques !

Trop c’est trop ! L’APF dénonce cette nouvelle ponction de 30 millions d’euros du budget du FIPHFP, pour la 3e année consécutive, soit des dizaines de millions d’euros manquants dans les caisses de ce fonds destiné à permettre l’emploi des personnes handicapées dans la Fonction publique.

En raison de ces exonérations, les recettes de la collecte du FIPHFP sont inférieures à ses dépenses depuis plusieurs années ! Sans compter que le FIPHFP est également ponctionné pour des frais relatifs à la mise en accessibilité, ce qui ne fait pas parti de ses missions.

Ces 30 millions sont un manque à gagner pour le FIPHFP, auquel il faut ajouter les 29 millions d’euros qui sont ponctionnés, chaque année, auprès du FIPHFP et de l’Agefiph pour financer des emplois aidés pour tous, et non pas des aides spécifiques pour les personnes en situation de handicap.

 

Le Fonds fait ainsi face à un effet ciseaux croissant et n’a, aujourd’hui, plus les moyens d’assurer ses missions et actions d’origine !

 

L’APF rappelle que les universités, et l’Education nationale, tentent par tous les moyens, depuis plusieurs années, de se défausser de leurs obligations d’emploi de personnes en situation de handicap. Ils ont trouvé dans les propos de Mme la Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, une réponse à leurs requêtes ; cette dernière s’étant félicitée auprès des universités d’avoir « demandé et obtenu la prolongation en 2016 d’une mesure technique, celle du taux dérogatoire pratiqué en 2015 pour le FIPHFP. » afin de consacrer ces 30 millions à la sécurisation des établissements universitaires.

Sans compter que les établissements scolaires bénéficient déjà d’avantages leur permettant de déduire les salaires des accompagnants à l’accueil des enfants en situation de handicap dans les écoles, de leur contribution au FIPHFP.

 

Pour l’APF, il est inadmissible de sacrifier l’emploi des personnes en situation de handicap dans la fonction publique pour des raisons de sécurisation. La sécurité de tous, qui est primordiale, ne doit pas se faire au détriment des droits des personnes en situation de handicap et en particulier de leur droit au travail.

 

Ce gouvernement ne cesse de remettre en cause les moyens alloués à l’emploi des personnes en situation de handicap, alors qu’en parallèle leur taux de chômage a augmenté de 130% en 7 ans, atteignant près de 500.000 chômeurs actuellement !

 

L’APF déplore ce nouveau coup porté à l’emploi des personnes en situation de handicap, elle demande au gouvernement de se saisir enfin de cette question prioritaire et d’apporter des réponses concrètes, en urgence, aux personnes en situation de handicap.

lundi, 04 juillet 2016

Bien choisir son fauteuil électrique

Le 21 février dernier nous avions annoncé sur ce blog la parution d’un guide, toujours d’actualité, pour vous aider dans le choix d’un fauteuil manuel : (Pdf, 27 pages.)  

Aujourd’hui et sur le même registre nous vous proposons un guide gratuit pour l’achat d’un fauteuil à propulsion électrique : Pdf, 41 pages . L’investissement n’est pas négligeable, alors, autant mettre un maximum d’atouts dans votre jeu.

Ce guide en ligne, préparé par le CERAH (Centre d’Etudes et de Recherches  sur l’Appareillage des Handicapés (http://www.invalides.fr/le-centre-detudes-et-de-recherche-sur-lappareillage-des-handicapes ) présente les divers types de fauteuils roulants à propulsion électrique actuellement sur le marché.

Pour les adultes, comme pour les enfants en situation de handicap il dresse un large inventaire des propositions existantes pouvant le mieux correspondre aux besoins de la personne.

Incontestablement ce guide vous éclairera, mais quels que soient vos besoins et vos attente n’effectuez pas votre choix seul, qu’il s’agisse du modèle le plus approprié à votre situation ou de son financement : médecin traitant, spécialistes de la médecine physique et de réadaptation, assurance maladie, maison départementale des personnes handicapées (MDPH), mutuelle de santé, milieu associatif, centre communal d’action sociale (CCAS) ou intercommunal, centre locaux d’information et de coordination (CLIC)...  

Il vous aidera aussi à vous poser quelques unes des bonnes questions techniques et pratiques pouvant vous aider face à certains commerciaux « envahissants ».

Bonne lecture et faites en un bonne usage

PARTICIPATIONS DES USAGERS ET DEMOCRATIE EN SANTE: APPEL A CONTRIBUTIONS !

1967921574.jpg

« Participations des usagers et démocratie en santé » est un projet porté par l’Association des paralysés de France (APF), auquel sont associés la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne Privés Non Lucratifs (FEHAP), la Croix-Rouge française, le Collectif Inter-associatif Sur la Santé (CISS), la Haute Autorité de Santé (HAS), et soutenu par le Ministère de la Santé.

Il a pour objectif d’impulser une dynamique d’échanges décloisonnés et inter-associatifs dans le domaine du handicap et de la santé. Il vise à renforcer et valoriser la contribution des représentants des usagers dans le secteur médico-social au système de démocratie en santé dans son ensemble.

Aujourd’hui, les 5 organisations partenaires relaient le lancement du site participations-democratie-en-sante.blogs.apf.asso.fr pour présenter cette démarche et recueillir des contributions d’initiatives ou de dispositifs innovants permettant de soutenir l’expression des usagers et d’améliorer la prise en compte de leurs attentes.

 

Le projet « Participations des usagers et démocratie en santé » s’articule autour de 3 phases durant l’année 2016 :

 

  • L’expérimentation dans 4 régions de journées d’échange décloisonnées de juin à octobre

Quatre rencontres inédites se dérouleront en région, avec pour but de s’interroger sur les freins et leviers du dispositif représentatif actuel et d’évaluer le niveau d’interaction entre le dispositif CVS (Conseil de la vie sociale) du médico-social et le dispositif CDU (Commissions des usagers) en santé.

Les rencontres se dérouleront en région Centre Val de Loire le 28 juin ; en région Bretagne le 8 juillet ; en région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon et Aquitaine Poitou-Charentes Limousin en septembre et octobre.

 

  • L’élaboration d’un carnet de route de la participation des usagers de juin à décembre

Ce carnet de route a pour objectif de valoriser les initiatives innovantes et les bonnes pratiques en matière de représentation des usagers et de démocratie en santé. Il proposera des fiches initiatives et méthodologiques, y compris dans d’autres secteurs comme l’inclusion ou l’accompagnement des personnes âgées ou en situation de handicap, pour favoriser l’essaimage des bonnes idées. Pour y contribuer et alimenter les retours d’expériences, le blog participations-democratie-en-sante.blogs.apf.asso.fr a été ouvert. Tous les acteurs concernés, notamment les usagers de la santé et du médico-social, leurs proches et les professionnels sont invités à déposer une initiative ayant permis le soutien de l’expression des usagers et l’amélioration de la prise en compte de leurs attentes.

 

  • Un forum national à Paris le 6 décembre

Point d’orgue de ce projet, un forum national aura lieu le 6 décembre à Paris afin de poser le bilan que font les usagers du dispositif légal de représentation et des espaces de libre-échange entre pairs. Des représentants des usagers dans le handicap et la santé, dont les porte-paroles des journées régionales, les partenaires ainsi que des représentants des pouvoirs publics seront conviés à cette journée qui permettra d’envisager les contours d’une contribution enrichie des usagers du secteur médico-social à la démocratie en santé.